A l’origine deux communes coexistaient :
Siccieu Saint Julien
tourné vers le bourg de Crémieu et la paroisse de Carizieu .

Siccieu avait surtout une vocation agricole traditionnelle : céréales et élevage. Les carrières y constituaient une activité économique importante comme sur tout le plateau. La vigne y était également cultivée. Avant la guerre de 14/18 le vers à soie était élevé pour les usines de Lyon.

C’est en 1838 qu’est envisagé l’agrandissement de la commune (union avec Carizieu) et ce pour permettre de payer un instituteur. Ce n’est qu’en 1843 qu’est créé une mairie unique pour Siccieu Carizieu St Julien.

Photo : première église de Siccieu (environ 1850)

Des Pierres, un patrimoine

  • Dés l’époque Romaine le bassin calcaire oolithique de Villebois Montalieu et ses environs constitue un centre d’extraction de la pierre. Nombreuses sont les carrières ayant troué le plateau au cours des siècles. A son apogée (de 1814 à 1950) cette industrie faisait travailler plusieurs milliers de travailleurs simultanément.Outre la pierre servant initialement à la construction des murs et murets, la lauze servant aux toitures est tirée de certaines carrières.
  • Ce n’est qu’au XIXème siècle que l’activité prend tout son essor économique aidé par l’apparition de nouveaux modes de transport. Alors les matériaux sont exportés vers Lyon, Paris …. En certains endroits du plateau on produisit chaux et ciments. Ainsi dans les années 1940-50 Optevoz extrayait et chauffait jusqu’à 150 tonnes de pierres brutes par jour.
  • Entre 1910 et 1913 un tailleur de pierre touchait entre 3 et 4 F par jour pour un métier très éprouvant et des conditions de travail particulièrement difficiles.

Carizieu

était jadis une paroisse dépendant du diocèse de Lyon. En 1225 elle était dédiée à St Denis. Puis annexée à la cure de Siccieu en 1379 est fut ensuite annexée à Cosance pour redevenir en 1664 paroisse jusqu’au concordat (1841) ou elle est définitivement absorbée par la nouvelle paroisse de Siccieu St Julien Carizieu. Carizieu restera Commune à part entière jusqu’en 1856. Aujourd’hui l’édifice roman du XIIIème siècle est une chapelle rurale dédiée à St Blaise magnifiquement restaurée et entretenue comme le hameau et ses fontaines par l’Association de Protection de la Chapelle de Carizieu (APCC).

Photo ancienne du hameau de Carizieu et sa chapelle

  • L’élevage des chèvres et moutons fut longtemps omniprésent. Les dolines et creux du plateau permettait, par une terre plus grasse, une agriculture et un peu d’élevage bovin.

    St Julien

    Le château de St Jullin surplombant l’étang de Ry et émergeant des bois marque le paysage de son jeu de tours carrées et de son donjon dominateur. Appartenant vers 1120 à Louis de Saint Jullin, il fut possédé au XIIe siècle par l’illustre famille de La Poype et fut restauré en 1836 par Madame de Chaponay.

  • Jadis le val de Ry était réputé pour ses eaux. Ainsi il y aurait existé des thermes romains. Il y a encore peu de temps le Val de Ry résonnait l’été des cris de joie des baigneurs et flâneurs car ce lieu était un lieu de détente apprécié des Lyonnais notamment.
  • Le château quant à lui hébergeait nombres d’enfants en colonies par la RATP.

 C’est de l’une des carrières parsemant notre commune que provient la pierre ayant servie à la reconstruction de l’église telle qu’elle est aujourd’hui. Les travaux débutés en 1892 se termineront par sa consécration de en 1894. L’église de Siccieu est original par son clocher flanqué de quatre clochetons d’angles imitant ceux du château de St Jullin. C’est la seule église ou l’on remarque l’inscription gravée dans la pierre « République Française ».
Photo : village de Siccieu avec église (1910)>

En même temps qu’apparaît le train et se développe l’aire industrielle apparaît d’autres notions : concurrence; compétitivité.
Celles-ci induiront l’abandon des carrières de notre commune pas assez rentable. Dans cette même période du début 20ème siècle, le train fait naître de nouvelles activités et c’est un certain tourisme culturel qui voit le jour.
Ainsi le village voisin d’Optevoz voit arriver quelques amoureux de notre nature parmi lesquels des artistes peintre qui y créeront une école paysagiste. Les plus célèbres de ces peintres eurent pour nom : Ravier, Corot, Daubigny ……

 

Pour plus de renseignements sur l’histoire de Siccieu St Julien Carizieu, se reporter aux ouvrages :

de Annick Devambez-Doye « Carizieu Petit village du Dauphiné 1640 – 1840 »
et « L’Isle Crémieu » Edition Alan Sutton, en consultation à la Bibliothèque Municipale.

de Georges Popoff « Histoire de la reconstruction de l’église et l’érection d’une fontaine dans la commune de Siccieu » Cliquez sur le lien Histoire de l’église et de la fontaine